Le Golem
(Der Golem, wie er in die Welt kam)
de Paul Wegener
(1920 / Allemagne / 1h26)


Synopsis
Dans le Prague du XVIe siècle, le rabbin Loew, à la fois philosophe et magicien, qui a vu dans les étoiles l’annonce d’un grand danger pour les Juifs, fabrique une statue d’argile dans laquelle il place le précieux “mot de vie”, le tétragramme sacré du nom de Dieu. Il donne alors vie à une colossale statue de glaise, le Golem. Le Golem a une force prodigieuse mais ne doit s’en servir que pour une mission pacifique. Peu de temps après, l’empereur Rodolphe II publie un décret interdisant aux Juifs l’accès de la ville...


Texte de présentation
Si Le Golem est considéré comme un chef-d’oeuvre de l’expressionnisme allemand, c’est que les ruelles, les façades, les escaliers, les pièces et les meubles sont tortueux, déformés, sans angles droits ; les décors et les nombreux effets de lumière dramatiques reflètent l’angoisse et la vie psychique tourmentée des protagonistes. Malgré ces références stylistiques à l’art de l’époque, l’intrigue semble située hors d’un cadre spatio-temporel. (...) Tout cela fait partie d’une époque reculée. Aujourd’hui pourtant, il est difficile de ne pas voir ici une référence à l’Allemagne des années 20, surtout quand le rabbin Famulus dit à Miriam que l’étranger devrait être éliminé.



Projections de ce film organisées par le Festival d'Anères :

  le samedi 22 mai 2010 à 21h30 (Salle des Fêtes - Anères)
Copie 35mm provenant de Murnau Stiftung
Musique interprétée par : Léonard Le Cloarec (Saxophones), Antoine Reininger (Contrebasse, basse électrique), Julien Bonnard (Batterie), Bertrand Allagnat (Piano)